Alerte propagande : l’Etat se sert d’un site éducatif pour promouvoir l’industrie nucléaire (edit 20/04/20)

(EDIT 20/04/20 : les deux pages ontroversées ont finalement été retirées du site de Lumni suite aux différents signalements et aux pressions du réseau Sortir du Nucléaire et du monde enseignant – voir les commentaires de l’article en bas de page)
C’est une alerte lancée par plusieurs enseignants qui se sont rendus sur le site de LUMNI, un site éducatif dont l’Etat fait la promotion pour aider les familles durant cette période de confinement. Sur le principe, rien à redire, il est plutôt bien fait et didactique. Malheureusement, ce site sert aussi à l’Etat à diffuser une propagande mélangeant arguments spécieux et infox en faveur de l’énergie nucléaire.

LUMNI est un site éducatif à destination des élèves du primaire au lycée. Très utilisé depuis le début du confinement par les familles et les enseignants, il est reconnu par tous comme un vrai outil d’aide pédagogique. Cependant, sous des dehors éducatifs, ce site permet également au gouvernement et au lobby nucléaire de faire passer des messages politiques particulièrement discutables. De nombreux enseignants ont ainsi écrit aux gestionnaires du site pour alerter sur deux pages de promotion de l’énergie nucléaire plus que discutables : Les énergies renouvelables, une alternative au nucléaire ? et Sortir du nucléaire, quelles conséquences ?

La propagande française sur le sujet du nucléaire n’est pas nouvelle. Ce qui était déjà inacceptable avant le devient encore plus sur des sites éducatifs. Voici les points les plus discutables de ces pages :

« cette sortie [du nucléaire] entraînerait probablement un recours plus important aux énergies fossiles » : propagande

Ce recours aux énergies fossiles est effectivement inéluctable si aucune économie d’énergie n’est anticipée. Or, ce serait le premier point à envisager dans l’avenir, la seule énergie propre étant celle qui n’est pas produite. De plus, l’Allemagne a montré depuis 2000 et la fermeture de la totalité de ses réacteurs que l’investissement massif dans les énergies renouvelables permet d’envisager à terme des baisses d’émission de gaz à effet de serre même sans énergie nucléaire.

« Ce n’est qu’à plus long terme qu’on pourrait compter sur un développement conséquent des énergies renouvelables » : argument spécieux

La situation pandémique actuelle, comme l’exemple de l’Allemagne depuis la fermeture de ses réacteurs, montre que la rapidité de décision pour des investissements massifs ne dépend finalement que de la volonté politique. En moins de 10 ans, l’Allemagne a ainsi plus que compensé la perte énergétique du nucléaire en investissant dans les énergies renouvelables.

« La France est actuellement dans une situation d’indépendance quasi-complète pour sa production d’électricité » : infox

Voilà une pure infox, pour deux raisons. La première, c’est que la France fait partie d’un réseau européen de partage d’énergie électrique, avec pour tous les pays, un solde import-export d’électricité. Il est vrai que dans le cas de la France, le solde reste positif vers les autres régions européennes, mais la France continue à avoir besoin durant les pics de consommation locale des autres réseaux pour stabiliser son propre réseau interne. Elle importe ainsi de l’électricité auprès de la totalité des pays voisins. Parler d’indépendance dans ces conditions est bien entendu une falsification de la réalité des échanges énergétiques européens.
La deuxième raison est que la France importe 100% du combustible radioactif pour ses centrales nucléaires. Parler d’indépendance dans ces conditions est donc clairement une infox. Sans oublier les conditions sanitaires, sociales et environnementales dans lesquelles fonctionnent les sites d’extraction du minerai radioactif.

« Par ailleurs, le prix de l’électricité augmenterait certainement alors qu’il est aujourd’hui un tiers plus bas que la moyenne européenne. » : argument fallacieux.

Le prix de l’électricité est un prix politique, où les jeux d’intérêt entre les différents gouvernements, les conditions de mise en place de la concurrence entre opérateurs, la volatilité du marché de gros de l’électricité rendent quasi impossible la moindre évaluation prospective. De plus, si on parle du nucléaire, il faut rappeler qu’une partie de coûts d’installation des centrales ont été payés par nos impôts, par le contribuable et donc totalement indépendamment du prix de l’électricité. Quant aux coûts de traitements des déchets sur les quelques milliers d’année à venir, les coûts de fermeture et de démantèlement des usines nucléaires (toujours inconnus), ils ne sont bien entendu pas inclus dans la facture finale du consommateur. Ce qui est certain, c’est que l’élément déterminant majeur pour une possible augmentation du prix de l’électricité reste la privatisation du marché de l’électricité et la mise en concurrence des opérateurs énergétiques(voir notre article sur la privatisation des concessions hydroélectriques). Pas la sortie du nucléaire si elle s’accompagne d’investissements majeurs dans les économies d’énergie et dans les énergies renouvelables.

« Le parc électrique actuel n’engendre pratiquement pas de gaz à effet de serre » : infox

Avec un complément signalant que les solutions alternatives sont forcément carbonées ! C’est une pure infox car même si la production stricte d’énergie électrique d’origine nucléaire est décarbonée, la production de combustibles, la construction des centrales, le retraitement des déchets, le démantèlement des usines, elles, le sont. Et pas qu’un peu. Ainsi, l’usine Orano Malvési produit une grande quantité de protoxyde d’azote, 265 fois plus impactant sur le climat que le CO2. En 2018, le bilan d’Orano s’établissait à plus de 260.000 tonnes équivalent CO2. Le réseau Sortir du nucléaire a déjà déposé de nombreuses plaintes sur cette infox largement relayée par la communication de l’Etat et d’EDF et signale que si on prend en compte l’ensemble de la chaîne de production, « ce bilan [de production de GES] est beaucoup plus lourd [ que celui des centrales à charbon] « . D’après une étude de 2008, le bilan réel de l’énergie atomique serait de 66g CO2e/kWh, ce qui est bien loin d’une énergie décarbonée.
Enfin, l’exemple Allemand montre également qu’il est possible de fermer des réacteurs sans toutefois augmenter ses émissions de GES.

« En sortant du nucléaire, on abandonnerait le traitement des combustibles irradiés » : argument fallacieux

Les usines actuelles retraitent effectivement une partie des déchets les plus dangereux produits par … les usines nucléaires ! Dire qu’on ne pourra plus retraiter les déchets si on n’en produit plus, c’est un pur sophisme. De plus, même s’il est vrai que 95% des déchets d’uranium et de plutonium sont bien retraités en MOX dont on nous promet une éventuelle réutilisation partielle par des réacteurs de 4ème génération, mais qui serait in fine de toute façon destiné à l’enfouissement profond à Bure. Autant dire, qu’en terme de recyclage, on est loin de la poubelle à compost. Les déchets nucléaires restent le talon d’Achille de cette filière, sachant que parmi ces déchets soi-disant recyclés, une bonne partie sera encore active dans quelques millénaires.

Aucune mention de la dangerosité du procédé, ni des accidents de Three-Miles-Island, de Tchernobyl ou de Fukushima

Non, aucune. Dans un site qui se veut éducatif, c’est une faute qui ne peut s’expliquer que par l’implantation des lobbyistes pro-nucléaires jusque dans les instances de l’Education Nationale. Là encore, ce n’est pas nouveau. En 2015, le ministère de la Défense avait notamment proposé des visites et du contenu pédagogique aux enseignants permettant de rassurer nos chers enfants sur la sureté et la sécurité des centrales.

Il est urgent de diffuser ce message, d’alerter sur cette confusion de genre entre lobbyisme nucléaire et éducation pour que ces pages soient retirées du site de LUMNI ou a minima rerédigées pour tenir compte des avancées en matières de transition énergétique, pour corriger les infox qui farcissent ces textes et pour présenter une vision plus objective de la complexité de la filière nucléaire en France.


Pour plus d’information concernant la propagande et les contre-vérités françaises sur la transition énergétique en Allemagne depuis l’arrêt de leurs réacteurs nucléaires, voir les articles du journal de l’énergie et de TerraEco.

5 réflexions sur “Alerte propagande : l’Etat se sert d’un site éducatif pour promouvoir l’industrie nucléaire (edit 20/04/20)

  1. Les mensonges que vous dénoncez sont d’autant plus traîtres que LUMNI invite les collégien(ne)s à se méfier des « infox » : https://www.lumni.fr/programme/info-intox
    ou même cette page spéciale Infox scientifique :
    https://www.lumni.fr/programme/data-science-vs-fake
    Ces deux pages,  » Les énergies renouvelables, une alternative au nucléaire ? et Sortir du nucléaire, quelles conséquences ? « , sont une honte pour ces manipulateurs et manipulatrices.
    Tous les auteur(e)s d’articles sur LUMNI ne sont pas des infoxiteurs ou infoxitrices, mais ces 2 pages concernant le nucléaire sont dangereuses pour les futurs générations.

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour
    À la lecture de la page sur les conséquences du nucléaire j’ai interpellé LUMNI sur le côté partial, insidieux voire totalement mensonger de ce texte. Autres points, cette page n’est ni signée ni sourcée (on peut même y lire « Or, certains évaluent à 25 milliards d’euros … ». Je ne pense pas que « certains » soit une source fiable pour un site éducatif PUBLIC).
    LUMNI me répond que ma demande est transférée à France Télévisions qui quelques jours plus tard me dit de m’adresser à LUMNI via son formulaire « contact » !!!! Ces mails sont envoyées par des adresses « ne-pas-repondre@xxxx.xx !!!

    Aimé par 1 personne

  3. ce n’est pas 95 % des déchets nucléaires qui sont « recyclés », mais 0,95 % car on ne « recycle » que 95 % des 1 % des déchets les plus dangereux. Les autres sont entreposés soit dans le site de l’ANDRA, soit laissés dans les anciennes mines d’uranium ou bien sous des routes, des lotissements, sous le parc du stade de Geugnon, etc.
    Une fois recyclés ces déchets produisent des déchets encore plus dangereux et d’une durée de vie encore plus longue.

    Aimé par 1 personne

  4. lundi 20 avril 2020 :
    Suite à nos différentes interventions auprès du site éducatif en ligne Lumni et France télévision : un petite victoire.
    voici ce que j’ai reçu ce matin de Lumni ( je ne suis sûrement pas le seul à le recevoir ….)
    Cher Monsieur ECUER,
    Je vous remercie de l’intérêt que vous témoignez pour Lumni.
    Ces deux articles ont été dé-publiés en raison de leur obsolescence. Merci de votre alerte.
    Je reste à votre disposition pour toute demande complémentaire.
    Bien cordialement,
    L’équipe de Lumni

    Ces deux pages ont effectivement disparu, mais restons vigilants.
    El pueblo unido nunca sera ……
    jean louis du comité Bure en Retz

    Aimé par 1 personne

    1. Bravo ! Comme tu le dis, ce n’est pas une victoire, mais ça fait toujours du bien de rappeler à tout ces malséants qu’ils ne peuvent tout de même pas faire n’importe quoi partout et tout le temps. Aujourd’hui, c’est sur le site Melchior, autre site éducatif, qu’on nous signale la promotion de Total, Carrefour et Vinci… on retourne au charbon.

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s